Édito – Les associations pour le bien des aveugles en France non informées ou je-m’en-foutiste, faites votre choix

Les auditeurs et lecteurs d’Oxytude le savent, la société Sonos à proposé mardi 7 mai 2024 une mise à jour applicative pour la gestion des enceintes connectées qu’elle commercialise.

En raison de la qualité de ces enceintes, des possibilités proposées par l’écosystème Sonos et jusqu’alors de l’accessibilité des applications iOS, Android et windows, de très nombreux aveugles dans le monde ont choisi de faire confiance à cette société et ont investi des centaines, sinon des milliers d’Euros pour certains. N’oublions pas que la musique, pour beaucoup d’aveugle est au centre de leur vie.

Le problème avec cette mise à jour, c’est que l’accessibilité n’a pas été prise en compte par la société Sonos et que de nombreux clients aveugles, qui lui avaient fait confiance, se retrouvent avec des produit peu ou pas utilisables.

En réaction, de nombreux aveugles dans le monde s’en sont émus et ont contacté la société Sonos pour dire leur incompréhension ou leur colère d’avoir été ainsi traités, ou plutôt maltraités.

En plus des clients aveugles de cette société, quelques associations d’aveugles à l’international se sont positionnées elles aussi sur le mépris de sonos envers cette catégorie de clients, comme par exemple aux USA la National Federation of the Blind.

Et nos chères, très chères, trop chères associations censées représenter les aveugles en France ?

Je vous le donne Émile, et bien rien. Comme trop souvent. Pas de communiqué, pas de mise en demeure de Sonos France de faire le nécessaire rapidement pour rendre à nouveau ses produits utilisables par les clients aveugles sous peine de poursuites.

Doit-on s’étonner ?

Quelles hypothèses pouvons nous poser pour comprendre leur silence ?

Hypothèse 1. Elles ne sont pas au courant du problème.

Cela démontrerait qu’elles ne font pas le minimum de veille que de très grosses structures sont en devoir de faire.

Hypothèse 2. Elles s’en foutent.

Ce genre de démarche prend du temps sans rien rapporter en terme d’image, de subvention ou de don, donc, dossier suivant.

Hypothèse 3. Place aux jeunes.

Ces gens-là sont restés en 1960, les enceintes connectées, pour eux ce n’est même pas un concept, ils en sont encore au Gramophone !

hypothèse 4. Elles sont très occupées.

Je comprends qu’elle n’est pas beaucoup de temps pour cela, elles sont occupées à organiser les prochain et nombreux colloques, séminaires, salons, conférence, table ronde, forum, symposium et mon cul sur la commode, car brasser du vent, ça s’organise, mais tout de même, un petit communiqué de trois lignes ça prend quatre minutes.

En conclusion.

Pour les appels aux dons, ces associations ont souvent démontré une très grande réactivité pour surfer sur des évènements ou sur l’actualité, ce qui prouve qu’une veille est faite.

Toujours dans le cadre des appels aux dons, elles nous ont démontré que les canaux de communication les plus modernes, elles savent les utiliser..

Comme disait Monsieur Cyclopède : étonnant non ?

Philippe

PS : pour rester informé sur l’évolution de l’accessibilité des nouvelles versions des applications Sonos, restez à l’écoute d’Oxytude, nous y reviendrons régulièrement, les choses semblent bouger, et dans le bon sens.

Lien utile

Notre podcast sur le sujet : Utilisateurs aveugles d’enceintes SONOS, attention à la mise à jour vers les nouvelle applis mobiles de mai 2024.


Pour nous soutenir, faites vos achats sur Amazon en passant par ce lien

6 commentaires :

  1. Bonjour, un petit coup de gueule de temps en temps, cela ne fait pas de mal à personne
    Tout à fait d’accord avec toi, mais que font nos associations Bonne journée, cela promet un long débat je pense

  2. Bonjour Philippe
    Je suis entièrement d’accord avec ton éditorial. Pour moi, ces associations ne représentent plus les aveugles depuis longtemps. À mon humble avis, la seule à retirer du lot est tout de même apidv que vous avez d’ailleurs reçu sur oxytude.
    Oxytude méritent amplement les dons de ses lecteurs. Je vais en faire un de ce pas. Vous faites le travail que ces associations ne font pas. Je n’ose imaginer le temps que la veille technique doit te prendre chaque semaine.
    Encore toutes mes félicitations pour le travail accompli et espérons qu’une solution soit trouvée pour les utilisateurs de sonos.
    Bien à toi
    François

  3. Bonjour à vous tous… Je suis d’accord avec vous, et j’ajouterai pour ma part, qu’ayant écouté sur youtube des webiners d’une heure et demie sur l’accessibilité numérique, je dois dire que je m’y suis très franchement emmerdé… Le ton des intervenants étant longs, monocordes, et souvent inintéressants… Ca fleurait bon le préchi précha, moi je, moi je, mon CV, mon histoire… Et au bout du compte, c’est ellement ennuyeux qu’on décroche au bout d’une demie-heure d’écoute… Je ne suis peut-être pas tombé sur les bonnes vidéos… Mais en tous cas, cela me semble assez évocateur lorsque je lis cet article.

  4. Bonjour Philippe et toute l’équipe d’Oxytude

    Bravo pour cet édito, même si c’est un gravillon dans la marre boueuse, il le faut, il le fallait.

    J’ai vu que dès 2017 vous dénonciez cet état de fait devenu insupportable d’un comportement associatif peu en clin à défendre nos intérêt.

    J’ai moi-même chaque année ou presque, visité le stand Orange, celui de la RATP et de la SNCF, au salon Autonomic, pour leur faire part du manque d’accessibilité, voire une totale absence de celle-ci sur leur box chez Orange.

    Chez Orange, l’an dernier ou il y a deux ans, l’on m’a expliqué doctement qu’Orange était sérieusement concurrencé sur un marché de consommateurs français avec quatre opérateurs télécom, ce qui n’est pas le cas pour les Etats-Unis où le marché est bien plus vaste avec moins d’opérateurs. Que répondre à un tel argument ?

    Les associations ? Ah oui les colloques et autres messes, on les connaît, quitte à ne pas être crédible, ça ne les dérange pas. Pas crédible ! tout en nous décribilisant ! Je m’explique. A la maison de la radio, il y a deux ans, il y eut un colloque sur l’accessibilité numérique. Chouette, me suis-je dit. On va en parler. Oui sauf que les chiffres avancé, 3 % seulement de sites internet accessibles, en dénonçant des sociétés non-accessibles alors que leur site et appli l’était déjà, ça a fait tâche selon moi. N’est-ce pas un monsieur de 70 ans qui nous a bluffé en contredisant par l’exemple ces grands ténors que Doctolib était tout à fait accessible. Là, je me suis dit que je ne remettrai plus les pieds dans ce genre d’enceintes tant que l’on aura pas des gens davantage avertis et bien renseignés sur les sujets qu’ils abordent et n’approfondissent pas plus que ça !

    Merci pour tout Philippe, il en sortira quelque chose.

    Continuons de nous battre chacun à notre niveau.

    Eric ROCHE

  5. Bonjour Philippe,

    Je partage ton point de vue.

    En réalité et hélas, rien de neuf sous le soleil.
    Je pense pour ma part que les grosses associations d’aveugles ne peuvent pas indéfiniment être juges et parties en prétendant défendre les intérêts des aveugles d’une part, et en les enfermant par de la vente de matériels dédiés accessibilités d’autre part.

    C’est sans doute pour cette raison par exemple que la bibliothèque EOLE est toujours infouttu d’avoir une appli pour smartphone identifiable pour ses services, ça arrange plutôt l’AVH que les livres soient téléchargeables directement sur un lecteurs fort onéreux, le Victor Stream 3 pour ne pas le nommer vu que ladite AVH commercialise ce merveilleux (sic) produit à 519 Euros, le prix d’un Iphone SE neuf!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.