Interview : SonarVision, une application de guidage piéton précise à 1 mètre

Nous vous proposons l’interview de Nathan, co-fondateur de SonarVision, une application de guidage piéton pour les aveugles qui utilise une technologie lui permettant une précision de localisation de l’ordre du mètre, ainsi que de Sébastien, beta-testeur non-voyant qui apporte un éclairage du point de vue de l’utilisateur en situation.

Liens utiles


Vous aimez les livres audio ? Essayez le service Audible

4 commentaires :

  1. Podcast très intéressant.
    Ma crainte en revanche, c’est que la qualité des instructions données par une telle app et donc la qualité de la navigation soit directement corrélée à la bonne qualité des informations fournies par les municipalités ou les métropoles, ou tout simplement l’internaute lampda..
    Autrement dit, ça risque d’être super efficace dans quelques grandes villes qui ont mis en open data leurs données de voiries, d’équipements urbains et de bâtiments, mais ça risque d’être médiocre ou inopérant dans la plupart des autres communes.

    Dans ma campagne profonde par exemple, la fameuse Google Car doit repasser à peu près tous les 4 ans.

    Quant à Open Street Map, cette base de données est pas mal sur le principe, mais comme c’est coopératif, les informations de la base de données peuvent être caviardisée localement pour X raisons.
    Dans mon coin, des internautes se sont amusés à mettre comme points d’intérêts des trucs genre “La maison de ma tata” ou “Jolie Maison avec piscine”.
    A croire que ça peut aussi servir pour le repérage de maison à cambrioler.

    Bref, une app comme la vôtre, à mon sens, devra croiser en temps réel un grand nombre de données provenant de diverses sources pour éviter une trop grande dépendance à un seul service de géoloc.

    A suivre donc.

    1. Merci beaucoup, Arnaud, poru tes remarques que je trouve très pertinentes. Je pense qu’il sera possible depayer des entreprises pour renseigner les données donton a besoin et ma compréhenison est que c’set même l’une des premières choses qui pourrait être faite si des fonds devenaient disponibles. Ensuite, il est peut-être possible de figer une version d’OSM à partir de laquelle travailler, ou de mettre enplace des vérifications automatiques de qualité des données, ce genre de choses. Mais ça ne prémunira peut-être pas de tous les risques, bien sûr.

  2. Bonjour Seb, tu as parlé dans le podcast de la méthode que tu utilises pour tenir ton iPhone mais sans l’expliquer précisément. Qu’en est-il exactement ? Par avance merci et pardon si j’ai mal écouté !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.