Discussion d’utilisateurs autour de la canne électronique Tom Pouce

Alexi, Jacques et Thomas nous parlent de leur expérience d’utilisateurs de la canne électronique Tom Pouce ; ses avantages, ses inconvénients, pour qui, pour quoi.

Liens utiles

  • Visioptronic.
  • Ecoutez ou ré-écoutez notre rencontre avec l’Association Cane blanche électronique lors du Salon Autonomic Sud 2017, ici.
Cet article ou podcast vous a plu ? Merci de soutenir Oxytude.

19 commentaires:

  1. Bonjour à vous et merci pour ce topo,
    J’ai suivi une formation sur le tom pouce il y a une dizaine d’années – à mes frais à l’AVH. J’ai apprécié le tom pouce pour les raisons que vous avez décrites, mais je ne l’ai pas acheté à cause de son inconfort.

    Est-ce amélioré ? La fixation sur la cane était médiocre, le boîtier ne restait pas en place.
    D’autre part, que faire de la cane, comme au moment de payer dans un magasin et qu’on a besoin de ses 2 mains, la poser par terre est risqué, le boîtier est fragile…
    Cordialement,
    Joëlle

    1. Chère Joëlle,

      Merci de votre commentaire et appréciation sur ce podcast. Je constate une fois de plus que rien n’est gratuit à association pour le bien des aveugles. Pour répondre à votre question, le boîtier est fixé à la canne par des colliers de serrage un peu analogues à ceux qu’on trouve pour fixer des câbles. C’est rustique, mais efficace. Un jeu de ces colliers m’a été fourni en supplément pour le cas où j’aurais besoin de fixer le boîtier sur une autre canne.

      Lorsque j’ai besoin de mes deux mains, dans un commerce par exemple, je peux ranger la canne sous un bras sans que ça pose de problème.

      Jacques

  2. Bonjour utilisateur de la canne électronique depuis 2009 j’en suis satisfait! même si comme tout système il peut y avoir des améliorations cela reste une solution fiable. très pratique par temps de mistral!! son point faible c’est qu’elle ne peut pas convenir pour tout le monde. Pour ma part, je n’ai pas prévu de m’en passer et j’attend avec impatience la version 3.5. elle n’indique pas les marches et les trottoirs mais la canne traditionnelle le fait pour elle.

  3. Salut,

    Très intéressant d’avoir (enfin) une bonne vue d’ensemble du produit. Perso, j’ai essayé aussi, pas convaincu mais évidemment, j’en ai fait 2 heures et faudrait comme vous le dites, persévérer. Mais vos avis donnent envie de refaire une tentative. En ce qui me concerne, j’ai été perturbé par toutes ces vibrations, la formation aide certainement à les interpréter correctement, et oui, je marchais sur des oeufs, en me bloquant un peu à chaque vibration. Je suis également quelqu’un qui aime bien aussi aller au contact de l’obstacle pour l’identifier. Le boitier est également un peu lourd, l’enfilage de la bague vibrante est quelque peu malcommode à mon goût et il faut veiller à tenir la canne correctement pour que le bazar fonctionne de manière optimale… Encore une fois, ces commentaires n’engagent que moi et il faudrait y passer plus e temps pour bien en parler.
    En tout cas, les toulousains peuvent contacter l’école de chiens guide Sud-ouest et demande Benoît Billat qui est très compétent dans le domaine puisque formateur.
    Je donne le tel de l’école: 05 61 80 68 01

    Merci encore!

  4. Bonjour à tous, je ne trouve pas que le tom-pouce soit un gadget, vu le confort que cet appareil apporte au quotidien.
    Je ne pourrais plus me passer de lui tellement il apporte de la fluidité, de l’assurance et permet par exemple de se faufiler dans une foule sans toucher les gens avec la canne.
    Certes, le boîtier est un peu lourd au début mais avec un ambout roulant à ressort le balayage est vraiment plus léger.
    Utilisant la canne électronique depuis 2003, les générations d’appareils successives ont fait de gros progrès, tant sur le poid que les performances.
    Afin d’avoir le bip de chargement qui ne s’entende pas, il faut allumer et éteindre l’appareil une fois que les bips se font entendre. Une fois cette manipulation faite, les bips sont remplacés par un signal de même rythme et de faible intensité détectable en approchant l’oreille près de l’appareil.
    Cordialement.
    J.F. DAMEZ

    1. Cher Jean-François,

      Merci de vos lumières. Je ne crois pas que quelqu’un ait dit que le TP était un gadget. Vu vos retours, on constate qu’il rend de très grands services et on s’en réjouit.

      Au sujet des bits de recharge, la manipulation que vous indiquez ne fonctionne pas chez moi. Les signaux sonores sont très faibles, mais audibles dans un environnement silencieux tel qu’une chambre à coucher. Ça ne me dérange pas à titre personnel, ayant suffisamment d’espace. Cependant nous l’avons signalé.

      Cordialement

  5. Bonjour,

    Permettez-moi d’apporter quelques corrections et précisions à vos propos concernant l’utilisation de la canne blanche électronique. Je l’utilise tous les jours depuis trois ans, dans tous les contextes. J’ai fait partie de l’équipe des bêtas-testeurs de la dernière version. Dommage que dans cette discussion, nous ayons surtout entendu celui qui avait le moins d’expérience de l’utilisation du TP que celui qui en avait le plus.

    1. Le laser

    Il ne faut pas exagérer. Le laser est peu visible, comme le faisait justement remarquer Alexis. D’autre part, il est inofensif. Il peut aller à la hauteur des yeux d’un enfant sans risque. Quant à dire que l’on vise les partie charnue des gens, peut-être, mais il faut avoir l’esprit tordu pour en faire un inconvénient. Ca ne peut pas être considéré come un défaut du TP.

    2. Les portées

    Celui qui en parle le plus en sait le moins : les portées vont jusqu’à 12 m et pas six. Sauf que pour cela, il faut avoir retenu les différentes fonctionnalités du boitier. Pour se mettre en 12 m, il faut mettre le sélecteur sur la position 6 m, et faire un coup de poignet vers la droite ou la gauche. Ceux qui ont fait la formation à l’école d’Angers sont sûrement allés en randonnée avec leur TP. C’est cette position que l’on utilise.

    Vous n’avez pas non plus abordé la détection en hauteur. Elle est de 2 m, en position 4 et 6 m ; et 4 m, en position 12 m. A savoir que la détection de hauteur se déclenche automatiquement en position 6 m, mais qu’elle doit être activée par un coup de poignet à droite ou à gauche en position 4 m. Il n’y a pas de détection de hauteur en position 2 m.

    3. La détection un mètre

    Vous en avez peu parlé, sauf celui qui a principalement parlé, pour dire qu’il détectait les gens dans une file en position canne allongée. C’est faux. Dans un fil, c’est canne debout que cela se passe. En se mettant en position 2 m et en dressant la canne devant soit, le gyroscope fait passer la canne en position 1 m, mais en détection droit devant soit.

    A savoir :

    Les dernières versions embarquent un antibrouillard.

    Je vous suis sur un certain nombre de points. Pas sur tous : notamment sur la façon d’appréhender la locomotion avec ce genre d’engin. Ca importe peu de savoir ce qu’est l’obstacle. L’essentiel est de le contourner, le plus vite possible. Vous avez parlé de la détection des potelets, ces petits poteaux à ras du sol, en disant qu’ils n’étaient pas détectés par le TP. Faux. La dernière version les détecte.

    Certes, tout n’est pas parfait dans ce boitier. Vous l’avez souligné. Je crois que la qualité de la détection peut encore être largement améliorée. Je prends régulièrement en défaut mon TP.

    La fiabilité doit aussi être améliorée. Même si les derniers boitiers le sont, j’en suis quand même au second boitier en un an. On peut déplorer l’irrégularité entre les machines. Elles ne sont pas toutes aussi précises ; elles ne détectent pas toutes de la même manière ; les distances varient d’un appareil à l’autre… Les machines se dérèglent trop facilement. Heureusement que les derniers TP enbarquent un requalibrage du laser, car je dois requalibrer au moins une fois par mois.

    A mon sens, six mois d’utilisation ne permettent pas un bon retour d’expérience utilisateur.

    Bien à vous.

    Cordialement.

    1. Sébastien,

      Tout d’abord, permettez-moi de vous remercier de votre commentaire qui apporte de précieuses et utiles précisions.

      Dans la mesure du possible, sachez que nous nous efforçons de limiter nos podcasts à une durée maximum de 30 minutes environ. Il est par conséquent difficile de tout dire. Voilà en autre pourquoi les commentaires (pas seulement les vôtres), sont les bienvenus.

      Concernant le LASER, vous nous dites qu’il est inoffensif pour les yeux des enfants. J’ai envie de vous dire « encore heureux ». Les concepteurs de la canne électronique n’auraient pas fourni un objet potentiellement dangereux. Quant aux parties qu’elle vise, la question n’est pas de savoir si nous sommes « tordus ». Il s’agit simplement d’une petite mise en garde que m’a faite mon épouse. Moi-même aveugle complet, je ne peux juger de la situation. Concernant les potelets je me réjouis de savoir que la dernière version corrige le problème. Je l’aurai sous peu.

      J’en viens à la portée. Mon formateur ne m’a, sauf erreur ou omission toujours possible de ma part, jamais parlé de cette portée de 12 mètres. Je précise à toutes fins utiles qu’aucun document ne m’a été remis à la remise de l’appareil. Par conséquent j’admets tout à fait que cela m’ait échappé.

      Je ne crois pas avoir dit qu’il fallait tenir la canne allongée pour suivre quelqu’un dans une file. Si c’est ce que vous avez compris je m’en excuse. Je n’ai en revanche pas précisé qu’il fallait tenir la canne debout pour réduire la portée à un mètre. Comme je l’ai dit, on ne peut tout dire.

      Enfin, mes six mois d’utilisation du produit selon vous ne me qualifieraient pas pour en parler? Sans rien justifier à sa place, Philippe, seul responsable de la ligne éditoriale du site, a choisi de réunir autour de lui des personnes avec une durée d’expérience différente. Il semble qu’une personne très expérimentée sur le sujet aurait voulu prendre part à cette discussion. Si cette personne correspond sans aucun doute aux critères retenus pour envisager une participation à ce type de sujet, cette personne nous a présenté voilà quelques mois un travail qui prenait certaines libertés avec la déontologie. Tout le monde fait des erreurs, encore faut-il les reconnaître. Toujours est-il que le site ne pouvant se permettre le moindre écart en matière d’intégrité, je crois savoir que le responsable du site a préféré faire d’autres choix.

      Bien à vous

      Jacques

      P.S. Si celui qui parle trop est l’auteur de ces lignes, il vous remercie de cette observation bienveillante et y sera attentif à l’avenir. En attendant il peut vous conseiller de tourner le bouton ou de mettre en oeuvre les fonctionnalités de votre lecteur pour passer comme chat sur braise sur ses interventions.

  6. Bonjour, j’ai le tompouce depuis quelques années maintenant, je ne me souviens plus exactement depuis combien de temps. Jusqu’à l’année dernière, j’étais la plus jeune à qui elle a été distribuée, on me l’a mise entre les mains la première fois je devais avoir 14 15 ans, et un ans après j’allais à la formation. J’ai d’abord eu le 2, et maintenant j’ai le 3 tout cours. Il m’a fallu énormément de temps pour me faire à ce nouveau mode de locomotion, je dirais que, pour me sentir vraiment à l’aise comme je le suis aujourd’hui, il m’a fallu au moins 2 ans et demie. Au début je marchait très lentement, et ça me faisait vraiment drôle, moi qui cassait toutes mes cannes en 2 mois en fonçant à toute allure. Aujourd’hui le TP m’apporte une vrai plus vallue au quotidien. J’ai fait une force avec ce qui me posait le plus problème au départ, à savoir, consilier les infos données par mon sens des masse, mon ridicule reste visuel à 10 cm au bout de mon nez et les infos de la canne. Et maintenant, avec toutes ces infos, je peux savoir les objets que le TP me fait éviter, anticiper les directions à prendre dans les endroits que je ne connais pas… Mon seul regret c’est que par rapport au tp 2 le 3 me fait affreusement mal au poignet dans certaines conditions, mais peut-être est-ce aussi lié à ma canne et à ma roue.PS: pour ceux qui parlent de la bague à s’accrocher au doigt, sachez qu’elle n’existe plus. Elle n’était de mise que sur le 1er, et a été remplacée par une sonde qu’on accroche par un scratch sur la poignée de la canne. Ainsi il n’y a plus qu’à poser la main dessus.

  7. J’ai utilisé le TP3 à partir de novembre 2016, et j’ai le 3.5 depuis le mois de mars.
    Les potelets qui arrivent aux genoux ne sont pas détectés effectivement, ce qui est logique quand on sait que le faisceau détecte tout ce qui se situe au-dessus du genou. Ceux-ci ne sont plus autorisés, mais il est évidents qu’ils ne vont pas tous être remplacés par des poteaux d’un mètre de haut (qui eux sont effectivement tout à fait détectables). Le tout est de rester prudent, de maintenir un léger balayage pour protéger les pieds et les genoux, et de ne pas foncer comme un bourrin (comme on peut le constater parfois).
    Pour diverses raisons, j’ai eu la chance de bénéficier de la formation sous la forme de plusieurs séances de locomotion d’une heure, étalées sur six mois environ. Je pense que cela est plus profitable que deux sessions d’une semaine entière, car on peut intégrer progressivement chaque apprentissage à notre vie quotidienne, au lieu de tout emmagasiner d’un coup (et d’oublier la moitié des fonctions, comme on peut le relever pour certaine personne…). De plus, la formation demande en effet beaucoup d’implication, de persévérance, de concentration, et de remise en question de ses habitudes, et personnellement après une séance d’une heure / une heure et demi j’étais épuisée, alors il me semble qu’enchainer des heures pendant une semaine entière n’est pas forcément une bonne idée. Je sais bien que ce n’est pas possible pour tout le monde, mais j’ai conscience d’avoir eu beaucoup de chance de ce côté là.
    Pour moi, le débat sur « faut-il aller toucher les obstacles » est un faux débat, tout dépend de la personne, de la situation, du niveau de l’utilisateur etc… l’important est de ne pas se créer une obsession dans un sens ou dans l’autre. Il est inutile d’utiliser cet appareil si on éprouve le besoin d’aller toucher chaque obstacle (dans ce cas là, restons à la canne classique), mais à l’inverse il est impossible de ne jamais rien toucher avec son embou. Au début en effet, on a envie de faire trop bien, et de tout éviter, mais c’est un peu une utopie… Parfois il est intéressant d’aller toucher pour comprendre, et parfois ça n’a aucun intérêt… C’est justement la possibilité de mixer les techniques qui est enrichissante.Pour le laser, on est d’accord il se voit, mais bon au font on s’en fiche un peu… Moi aussi j’ai entendu quelques remarques, mais j’ai surtout pu constater à quel point les gens font pas attention à ce qu’il se passe autour d’eux, parce qu’ils remarquent bien le faisceau laser, mais en général ils cherchent bêtement d’où ça pourrait bien venir, sans même me soupçonner… et ça me fait rire intérieurement.
    Je rejoins la personne qui a apporté les corrections concernant les portées, l’utilisation du giroscope et tout ce qui y est lié : la portée maximale est bien de 12m, et pas 6… On est d’accord, au quotidien, on utilisera peut-être pas beaucoup cette fonction, mais elle est à connaitre tout de même…
    Enfin, personne n’a évoqué l’existence de son petit cousin le mini-tact, qui est basé sur les mêmes principes, mais qui est utilisable dans les endroits clos où on connait parfaitement l’organisation du sol, mais que le mobilier ou les gens sont susceptibles de changer de place. Utile pour éviter de s’encombrer de notre canne à ces moments là.
    Décider de s’équiper de ces appareils est une vraie démarche, un moment où l’on doit réellement s’impliquer, mais ça vaut vraiment le coup… Moi aussi je ne m’en séparerai pour rien au monde…

  8. @Audrey

    Je suis justement venu à la canne blanche électronique après avoir été formé au mini tact. Du coup, j’avais, si je puis le dire, une certaine culture de la vibration, qui m’a sacrément aidé pour la canne blanche. En revanche, le minitact est vraiment trop perfectible dans sa version actuelle pour qu’il puisse être conseillé à tous.

    Bonne journée.

  9. Bonjour et encore merci pour toutes ces précisions.
    Une inquiétude tout de même quant au faisceau laser. les faisceaux laser visibles sont considérés comme dangereux pour les yeux, les modes d’emploi des appareils à faisceau laser tels que pointeur, télémètre sont très précis, ne jamais viser les yeux.
    Alors qu’en est-il quand on circule… mais surtout quand on ne circule pas, dans les transports, un ascenseur ? Le faisceau est au niveau des yeux des enfants…
    Sur le site de Visio, pas de réponse, pas de mode d’emploi non plus d’ailleurs !

    Bien cordialement,

    Joëlle

  10. Bonjour,
    J’utilise le TP depuis 2010 quotidiennement, d’abord la version 1, puis la 3 et bientôt la 3.5. Même si des améliorations sont toujours nécessaires et attendues, je fais partie de celles et ceux qui disent ne plus pouvoir s’en passer. Ça ne résout évidemment pas tous les problèmes, mais, une fois qu’on a bien intégré cette nouvelle source d’information, la déambulation est largement améliorée. Mais on peut le redire: ça ne convient pas à tout le monde!
    En écoutant le podcast, j’avais fait toute une liste des points sur lesquels je voulais revenir, mais les commentateurs précédents ont fait le boulot… Il n’en reste qu’un : l’autonomie. Elle eépend évidemment de la puissance des accus, le fabricant préconise 900mAh au minimum; mais aussi de la qualité des accus: en début de vie l’accu est plus costaud qu’après des dizaines de recharges. Il faut d’ailleurs se rappeler qu’un accu inutilisé s’use; du coup, en en achetant d’avance, on ne fait pas forcément le bon choix, surtout si le marchand les avait dans ses entrepôts depuis 3 ans… Enfin, l’autonomie dépend aussi de l’utilisation et des obstacles rencontrés, car le vibreur est gourmand en énergie! En bref, l’autonomie sera plus grande sur une route de campagne sans obstacles que dans le métro aux heures de pointe, sur les quais de gare bondés et dans les grands magasins un samendi après-midi…
    Belle journée,
    Pascale

  11. Bonjour,
    Avant tout, merci à Philippe pour la pertinence des sujets abordés, et de sa gestion des échanges qui s’en suivent.
    Concernant la canne électronique, je suis un fervent utilisateur du TP3, depuis 2014. Comme la plupart des utilisateurs assidus (circulant sans aide), et après une assez longue période d’adaptation, ce matériel me rend d’indispensables services au quotidien, et j’aurais du mal à m’en passer.
    Pourtant, sur la version 3.0 que j’utilise encore à ce jour, il y a eu nombre de dysfonctionnements parmi lesquels : instabilité et dérèglement du faisceau laser, détection inefficace de certains potelets, vibrotages intempestifs lorsque l’on passe par des zones alternant ensoleillement et ombre, détection d’obstacles bien trop éloignés par rapport à la distance sélectionnée, etc.
    Je le répète, malgré ses imperfections, c’est un compagnon appréciable, et même son poids n’est pas gênant si l’on balaye avec un embout tournant.
    Un regret. Dommage qu’une liste de discussion n’ait pas encore pu être créée…
    Carlos

  12. Bonjour à tous, et merci à l’équipe d’Oxytude pour ce très intéressant podcast. J’ai eu le TP 2 , je suis actuellement sous TP 3, et depuis que j’utilise cette technologie, je ne me suis plus jamais cogné dans une voiture mal garée, un scooter au milieu du trottoir, un container poubelle, une terrasse et autres joyeusetés que l’environnement urbain nous propose, et à ce titre, je ne saurais donc me passer de mon fidèle boitier !
    Le poids ? Certes, au début surtout, mais cet inconvénient est minoré par le faible balayage proposé par le TP, et pour encore optimiser la chose, privilégiez un embout tournant semi-sphérique à ressort, très léger.
    En tout cas, pour les rétifs, essayez, et surtout, donnez-vous du temps.
    Bien à vous,
    Eloi

  13. Ce message, pour signaler un point très important qui n’a pas été abordé dans le débats sur la Canne Electronique, qui est le dossier d’inscription.

    L’objectif de mon commentaire est uniquement pour faire par de mon expérience, et mon ressenti.
    Peut-être que d’autres personnes partages mon point de vue.

    J’ai reçu par mail le dossier, et je note beaucoup de questions qui me semble incorrect, surtout sur un point déontologique, et pour ça ça me fraine à le remplir.

    En effet, il me semble que les associations d’Ecole de Chiens-Guides ne sont pas reconnues comme étant des établissements de santé.

    J’ai eu l’occasion d’en discuter avec déventuels utilisateurs, et même un éducateur de chien-guide, qui partages ma réflexion.
    Et je ne parle pas des échanges que j’ai eu, avec des personnes qui ont été faire cette formation, et qui ont passé la plus par du temps assis dans une pièce, seule derrière un bureau, durant cette formation. D’ailleurs, cette personne l’a arrêté au bout de 3 jours, tout en pouvant rentrer chez lui avec le système Tom Pouce.

    Là aussi, quant on a une activité professionnelle c’est difficile d’accéder à la formation. Car, on m’a dit qu’il faudrait que je soi entièrement à la disposition de l’Ecole de Chien-guide (sur leur terrain à 50 km de chez moi), durant quinze jours, et sans avoir de dates précises à l’avance.
    Et quant on est travailleur indépendant, ce n’est pas comme aller au bureau à des heures fixes.
    C’est tout de même bizarre pour des associations aux services des déficients visuelles.

    Il faut remplir 3 dossiers : médecin généraliste, ophtalmo et ORL.
    Sous mon message, je vous met quelques questions qu’on retrouve dans ces dossiers.

    Avant de terminer ce message, je tiens à dire, que je comprend très bien que ce dispositif de Canne Electronique nous soit offert en vue de sont coût de 5000€ (tarifs formation inclu), hors formation le dispositif coûterai 2500€ (renseignement obtenu directement auprès de la fondation Visioptronic).
    Mais là, encore une fois dans le monde des déficient visuels on nous donne pas le choix !

    Je me suis renseigné, c’est impossible d’avoir le boîtier endehors des Ecoles de Chiens-Guides. Encore un espèce de lobing, ou une manière de maître les non-voyant sous une forme de tutelle ! En plus le boîtier ne nous appartiendrait jamais !
    Pourquoi être non-voyant obligerai à donner des infos sur notre vie privée, à chaque fois qu’on souhaiterai un matériel quelconque.

    Petite précision, je partageais ma vie avec un chien-guide depuis 2001, jusqu’à il y a 3 mois. Pourquoi n’ai-je pas repris de chien, là aussi, il y aurait à dire !

    J’entends déjà des personnes qui vont me dire : « mais tu as bien fais une formation pour tes chiens-guides ? ».
    Ce à quoi, je répondrai, que ce n’est pas du tout comparable avec un système de Canne Electroniques.

    Personnellement, j’ai fais le choix depuis de nombreuses années, de ne plus acheter de matériels au sein du « handicap Business « , comme vous l’écrivez sur votre site.
    Mais malheureusement, dans certains cas, c’est difficile !

    Voici quelques questions des dossiers à remplir, pour une demande de Canne Electronique :
    1. Dossier Médical :
    a. En dehors du handicap visuel, y a-t-il d’autres incapacités ou d’autres pathologies (diabète, convulsions, allergies, troubles cardiaques, déficience intellectuelle, déficit cognitif…)
    b. Traitement, régime, précautions diverses : Traitement médical permanent ?
    c. Régime alimentaire ?
    2. Il y a également un dossier ORL, et ophtalomo !

    Les propos que j’affirme dans ce message, ont été vérifié auprès de sources sûres.

    Encore une fois, sur ce forum, c’est juste mon expérience et mon ressenti que je partage.

  14. Bonjour, Utilisateur depuis 2 ans je ne pourrai me passer de cet outil devenu indispensable à mon quotidien. La portée 6m me permet de dépasser les autres piétons sur des trottoirs connus. Concernant les pratiques des lieux de formation, il me semble qu’il y ait une grande diversité de pratique entre les centres. Perso j’ai été formé à Lyon sur des fin de journée et je ne me souviens pas avoir eu à remplir autre chose que la charte de location. Cependant je suis d’accord que ce que vous décrivez semble abusif. Par rapport au laser, le principe de celui-ci est que la lumière est cohérente, c’est ce qui permet les mesures de distance, mais ça n’as pas de lien avec l’intensité. Par contre il est vrai qu’il peut y avoir des réaction très méfiantes vis à vis de ce type de lumière. Je n’ai cependant jamais eu de vrais problèmes à cause de ça. Et puis, plus on sera de miro équipés plus les gens auront l’habitude. Etienne

  15. Bonsoir, j’ai fais ma formation à Angers et moi non plus je n’ai eu aucune question de ce genre. La seule feuille que j’ai signée, et c’est normal, c’est le contrat de prêt de l’appareil, et on nous l’a très clairement lu en s’arrêtant sur tous les points que l’on souhaitait. Après peut-être qu’ils demandent ça pour des raisons pratiques: la formations est assez éprouvante, tant physiquement q’intellectuellement. On marche toute la journée, souvent dans des endroits encombrés, on nous fait rentrer tout un tat de nouvelles notions dans le crâne… Il faut être prêt à se donner à fond, et il faut que les formateurs puissent s’adapter si vous avez des besoins spécifiques.

  16. Bonjour à toutes et tous,

    Avant toute chose, je suis membre de l’équipe de recherche qui travaille sur la conception au CNRS de la canne électronique Tom-Pouce. J’ai apprécié lire vos commentaires ainsi que d’écouter le podcast que je trouve bien fait pour un tour d’ensemble. C’est toujours intéressant d’avoir des retours utilisateurs quel que soit le niveau d’avancée car ce qui peut servir à l’un, peut servir à l’autre.

    Même si l’idée du laser peut soulever des interrogations sur la sécurité oculaire, son utilisation est fortement réglementée avec des classifications selon le degré d’intensité notamment. Celui utilisé pour le Tom-Pouce 3 est sans danger dans une certaine mesure. Par analogie je pourrais parler du sel qui est utile en cuisine dans des doses acceptable et nocif si on a la main lourde à chaque repas.

    Pascale à très bien soulignée la question de l’autonomie des piles, j’ajoute que c’est toujours mieux d’avoir un jeu de piles de secours avec soi, surtout si on a l’habitude de beaucoup bouger. Camille a évoqué le poids et la lenteur dans les déplacements. Ce sont 2 points intéressants à indiquer car effectivement le poids de l’appareil oblige à muscler un peu plus le poignet et la lenteur qui s’estompe avec la pratique aide à bien intégrer l’anticipation de l’environnement.

    Perso, ça fait 17 ans que j’utilise le dispositif et j’ai bien constaté l’évolution durant toutes ces années, certes tout reste perfectible mais 2 choses restent évidentes : l’autonomie améliorée et la nécessité d’une formation pour la prise en main. Quant à ceux qui vous parlent d’une canne plug N play, (sans formation), cela ignorent ce que c’est de se déplacer en réel autonomie. Je reconnais bien volontiers que certains modes de gestion de formation sont discutables par le manque d’optimisation du temps.

    Je n’ai pas cité tout le monde mais vous avez tous dit des choses pertinentes alors merci pour vos témoignages et merci Philippe pour le podcast.

    Aziz

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.